5e jour de la Neuvaine

5e jour de la Neuvaine

5e jour de la Neuvaine

J’ai besoin de toi, mon frère, ma sœur, pour m’enrichir au partage de tes dons, de tes connaissances, de tes biens même, afin de soulager ma pauvreté, de m’encourager dans les moments difficiles.

Après l’incendie du monastère en décembre 1650, Marie de l’Incarnation rappelle : « Nous avons été l’objet de la compassion et de la charité de tous nos amis. La compassion est passée même jusqu’aux pauvres : L’un nous offrait une serviette, l’autre une chemise, l’autre un manteau. Un autre nous donnait une poule, un autre quelques œufs, et un autre d’autres choses. Parmi tant de témoignages de compassion, nos cœurs étaient attendris au dernier point. Vous savez la pauvreté du pays, mais la charité y est encore plus grande. »

(Lettre CXXXIII, à son fils, 3 septembre 1651)

Comment s’exprime mon partage avec les autres? Suis-je conscient-e de les enrichir à mon contact? de m’enrichir à leur contact?

 

Retour à la démarche de la neuvaine 

 

 


Voir toutes les nouvelles